Le scandale de la plante verte

pictogramme livre ouvert

par Nelly Sanchez

 

« On peut rire de tout mais pas avec nimporte qui », cet adage formulé par Pierre Desproges aurait très bien pu lêtre par Lucie Delarue-MardrusCelle-ci lapprit à ses dépens quand elle vit les vives et durables réactions que provoqua son article, « La Plante verte », paru dans un journal local de Nancy que nous navons pu identifier.

Dans son numéro de juillet-octobre 1931, Le Bulletin de la Société centrale dhorticulture de Nancy retranscrivait comme il est de coutume, le procès-verbal de la séance du 11 octobre 1931. Dans la rubrique « Communications », le président M. G. Boulay remerciait le vice-président, M. Charles Grandjean, pour sa conférence sur les Superstitions botaniques et cultes voués aux plantes et le priait surtout de répondre « aux sarcasmes que Mme Delarue-Mardrus (avait) décochés aux plantes vertes dappartement ». M. Charles Grandjean sexécuta donc et Le Bulletin de la Société centrale dhorticulture de Nancy publia son long réquisitoire, daté du 13 décembre 1932 :

page1image29896480
page2image30362464page2image30362672